visuel2
FLASH INFOS :
SUIVEZ - NOUS EN DIRECT SUR     
    
 

La sexualité en milieu scolaire : Pourquoi la question demeure-t-elle un tabou ?

La question de la sexualité en milieu scolaire, malgré ses nombreuses conséquences du fait de sa  méconnaissance par les jeunes gens, demeure malheureusement un sujet tabou dans beaucoup de foyers. En effet, la question de la sexualité est un sujet qui doit préoccuper fortement la jeunesse d’aujourd’hui. Mais contre toute attente, elle continue d’être habillée de préjugés et de tabous et sa connaissance partielle ou sa méconnaissance ne favorise guère l’épanouissement des jeunes.

Une enquête conduite nous permet de recueillir les diverses perceptions que les élèves ont de la question. Qu’est-ce donc la sexualité ? Comment est-elle vécue en milieu scolaire ? En effet, nombreux sont ces personnes qui limitent la question de la sexualité aux rapports sexuels entre deux être humains. Certes, le déterminant principal de la sexualité est le sexe. Mais au-delà, la sexualité recouvre le fonctionnement du sexe, ses implications sur le plan comportemental, les rapports entre les individus d’une même communauté ou d’une même espèce. En un mot, la sexualité est un ensemble de comportements qui dérive de l’appartenance de l’individu à un groupe sexuel. Elle influence les goûts, les manières de vivre, et aussi les préférences.

Chancia AHOUNOU, élève en 1ère D, 18 ans « Pour moi, la question de la sexualité ne doit être un sujet tabou à cause de l’évolution que connait le monde. Je me réjouis alors d’être écoutée et suivie par ma maman depuis mes premières menstruations. Sinon je ne pense pas pouvoir bien agir en matière de sexualité si ce sont les conseils des camarades qui étaient mes premiers contacts avec la question. »

Emmanuel HOUNDENOU, élève en Tle D, 19 ans « La sexualité est l’acte qui dérive du sexe. Je crois personnellement qu’en plus des rares conseils reçus des éducateurs, nous devons recevoir des parents d’autres notions sur le sexe afin de bien nous comporter. Et moi, c’est à l’église que ces notions m’ont été inculquées. J’invite les parents à brosser la question du sexe avec leurs enfants pour changer la tendance à la dérive sexuelle qui s’observe au niveau des jeunes. »

Ghislaine GBENOU, apprentie coiffeuse, 21 ans «La question du sexe et l’éducation morale sont deux questions primordiales qui devraient être normalement discutées avec les parents à la maison. Mais hélas ! Les parents semblent être plus préoccupés par leur activité de revenue, abandonnant les enfants s’éduquer auprès des amis. Moi, je n’ai même pas eu la chance de connaitre quelque chose de ma maman sur les menstruations. Puisqu’elle revient fatiguée tous les jours après 22heures. Papa étant également au boulot en permanence. »

Voilà des inquiétudes des jeunes gens qui relancent le débat sur la question de la sexualité.

On peut bien éviter les dérives sexuelles si les parents prennent leur responsabilité

En effet, l’éducation sexuelle commence à la maison et doit être une grande préoccupation de la famille. C’est le premier milieu de vie, de contact et d’expression de l’enfant. Elle doit être relayée par l’école qui, loin de remplacer le cadre familial, joue un rôle complémentaire.

Quant à l’école, elle est un environnement sécurisé de transmission de savoirs, de savoir-faire et de savoir-être. C’est aussi un cadre non formel d’expression de soi, de brassages culturels et d’échanges sur la sexualité. Ainsi, on y rencontre de jeunes adolescents des deux sexes et de tous les âges. L’adolescence étant une étape humaine caractérisée par la spontanéité et les actes peu réfléchis. Alors le désir d’affirmation de soi, le désir de découvrir ce qui est caché en soi, la rage de braver les tabous s’observent chez le jeune adolescent au cours de cette période.

L’élève reçoit de son environnement social, tout ce qui peut susciter, en l’absence d’une éducation sexuelle continuelle, l’éveil sexuel précoce : l’accès facile aux revues, aux vidéos et sites pornographiques, les discussions de groupes au cours desquelles des élèves se partagent des expériences douteuses…

Tout cela se trouve aggravé par la pauvreté matérielle, la recherche des facilités comme la prostitution, la tricherie et le trafic des notes. L’élève fille partisane de moindre effort, est obligée de se soumettre aux exigences sexuelles de son professeur, pour passer en classe supérieure. A cela, il faut ajouter les rôles d’intermédiaires que jouent certains élèves garçons entre les professeurs et leurs camarades jeunes filles, moyennant des notes. En outre, les élèves développent entre eux des velléités de sexualité qui les déstabilisent. D’autres filles à cause de leur condition d’étude précaire n’hésitent pas à accepter la

A quelque niveau que ce soit, la sexualité en milieu scolaire engendre des conséquences néfastes sur l’avenir des élèves :

  •  Des adolescents qui deviennent des pères de famille contre leur gré.
  • De jeunes filles qui compromettent leur avenir parce que devenues très tôt mères de famille.
  •  l’incapacité intellectuelle des jeunes filles de poursuivre les études parce que trop excitées par le sexe.
  • De jeunes filles qui s’adonnent à des avortements clandestins pouvant entraîner la mort ou laissant sur elles des séquelles à vie (la stérilité)
  • Les élèves et les professeurs qui s’adonnent à cette forme de sexualité sont exposés aux IST/VIH/SIDA.

Pour parvenir à une meilleure éducation sexuelle, voici quelques suggestions :

  • Chaque famille doit essayer d’instaurer en son sein, le dialogue permanent en matière de sexualité,
  • Chaque école doit disposer d’une structure d’écoute et d’accompagnement des élèves en manière de santé reproductive,
  • Chaque violation des droits de l’enfant comme le harcèlement sexuel, le viol, soit véritablement sanctionnée publiquement par les organes judiciaires.

Vous convenez tous donc  tout qu’en vue de mettre fin au harcèlement sexuel et penser à l’avenir de la jeunesse, constructeur du Bénin de demain, les acteurs du système éducatif  surtout les enseignants ceux-là qui sont en contact permanent avec les apprenants doivent agir en personnes mûres et responsables en aidant les jeunes à se construire au lieu de collaborer à leur destruction.

Réalisation : Germin DJIMIDO 

by genetic
Aller à la barre d’outils