visuel2
FLASH INFOS :
SUIVEZ - NOUS EN DIRECT SUR     
    
 

Remise de matériel aux groupements de femmes et cellules communales de suivi et de protection de l’enfant

Les saines mesures de Autre-Vie pour éradiquer la traite de l’enfant dans les communes de Bonou, d’Ifangni et de Ketou

Depuis quelques années, la situation des droits de l’enfant est très préoccupante au Bénin en général et dans les départements de l’Ouémé et du Plateau en particulier. Cette préoccupation des droits de l’enfant ne se traduit pas de nombreuses actions menées par le Gouvernement de la République du Bénin, les partenaires au développement et les ONG depuis l’affaire du Bateau ETIRONO ayant à son bord plusieurs enfants béninois victimes de la traite.

Malgré les campagnes de sensibilisation qui fusent de toute part depuis l’avènement  de la traite, les communautés et les familles concernées par cette pratique ne semblent toujours pas assez informées des risques encourus par la mobilité et le placement des enfants. L’une des raisons a été le décalage important entre le discours des différents agents et la vision des populations sur le placement ou la mobilité. Raison d’un véritable fossé entre sensibilisateurs et sensibilisés, et par conséquent, une dualité dans les comportements des ménages qui acquiescent à l’écoute du message mais ne le mettent pas en pratique.

L’ONG AUTRE VIE une organisation de promotion et de protection des droits de l’enfant des jeunes et de la femme créée depuis 1996 et ayant avec le gouvernement de la république du Bénin un accord cadre s’est véritablement engagé pour apporter une réponse au phénomène de la traite qui à tant durée

C’est dans cette optique que l’ONG AUTRE VIE a initié le Projet d’Appui au renforcement des capacités des communautés pour le respect des droits de l’enfant et la lutte contre la traite et l’exploitation des enfants dans les départements de l’Ouémé et du Plateau

Démarré en octobre 2009, ce projet s’est donné comme objectif global de contribuer à Créer un environnement économique et social propice au respect  des droits de l’enfant, à la lutte contre la traite et l’exploitation des enfants dans les zones à haut risque des départements de l’Ouémé et du Plateau. Pendant 12 mois, ce projet a démontré à plus d’un sa raison d’être et son engagement pour réduire les causes structurelles de la traite des enfants.

Les acquis et les effets multiplicateurs enregistrés par ce projet méritent d’être appréciés :

1) les communautés rurales des communes de Kétou, d’Ifangni et de Bonou sont organisées et développent des actions de proximité pour lutter efficacement contre la traite d’enfant,

2)   09 Groupements de femmes sont formés sur les nouvelles technologies de transformation des produits agricoles et locaux et appuyés par des experts en la matière

3)  09 groupements de femmes sont dotés de matériels de transformation des produits agricoles

4) 60 femmes Ambassadeurs des droits de l’enfant sont identifiées avec les CPS et les Chefs d’Arrondissement. Elles sont formées sur les droits de l’enfant et les techniques de mobilisation communautaire contre les causes structurelles de la traite. Elles ont développé à ce jour 1080 sensibilisations de proximités qui ont touché 21.600 personnes dans tous les villages des 09 arrondissements d’intervention du projet

5)  03 écoles de petite enfance ont été créées et  appuyées en matériels de constructions, tables, bancs et tableaux dans les arrondissements de Ko-Koumolou dans la commune d’Ifangni, Affamè dans la commune de Bonou et Ayékou dans l’arrondissement de Ketou Centre

6) 24 Associations des parents d’élèves sont formées et appuyées pour développer des stratégies avancées de maintien des enfants dans le système scolaire et de scolarisation massive de tous les enfants en âge scolarisables

7)  400 enfants à haut risque sont appuyés en fourniture scolaires

8) 03 postes d’alphabétisation sont renforcés pour développer des programmes avancés d’alphabétisation et dotés de manuels d’alphabétisation, de tableaux et d’une caisse pour les manuels.

9) 03 cellules communales sont appuyées, dotées de plan d’action opérationnel et de matériels informatiques pour permettre au secrétariat permanent de ces cellules de jouer efficacement leur rôle

10) Un jeu concours de chants  est organisé au profit des artistes et a permis de retenir trois artistes dont les œuvres feront  l’objet de production

11) 60 enfants Ambassadeurs des droits de l’enfant sont identifiés avec les CPS et les directeurs d’écoles. Ils sont formés sur les droits de l’enfant et les techniques avancées d’éveil et  de mobilisation pour lutter contre la traite des enfants.

12)  Des causeries d’orientations sont organisées dans les arrondissements pour orienter les jeunes sans emplois vers les opportunités endogènes afin de réduire l’exode rural.

Eu égard de tout ce qui précède, une série d’actions a été développée par ce projet  auprès des communautés  pour la mobilisation pour l’enregistrement de naissance, la planification familiale, l’importance de la scolarisation, la mobilisation des élus locaux sur les droits de l’enfant et l’installation des mesures de coordination des actions sur les droits de l’enfant.

Bilan des acquis du projet :

Le présent projet a permis de doter :

  1. 03 espaces de petits enfants de tables, de bancs et de tableau
  2. 03 cellules communales de suivi et de protection de l’enfant de Bonou, d’Ifangni et de Ketou en équipements informatiques,
  3. 03 centres d’alphabétisation en manuels d’alphabétisation, de tableaux et de caisses de conservation des manuels,
  4. 09 groupements de femmes en équipements de transformation des produits agricoles et des travaux maraichères

 Les équipements remis s’élèvent à un montant de 7.750.000 FCFA.

 Pour permettre de mesurer l’impact et la contribution du projet dans la lutte contre la traite de l’enfant, une étude d’évaluation est commanditée par Autre Vie et les résultats sont venus combler les attentes. Ce qui a éclairé les acteurs sur les acquis et les insuffisances du projet. La mise en œuvre du projet a été donc un grand atout pour les communes de Bonou, de Kétou et d’Ifangni dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie des enfants, des  communautés et le respect des droits de l’enfant dans les départements de l’Ouémé et du Plateau.

L’appel de Autre-Vie aux partenaires pour la pérennisation du programme

Au regard des résultats élogieux obtenus à l’issu du projet, les Partenaires techniques et financiers et sociaux sont vivement conviés à maintenir le cap des soutiens afin d’aider à la pérennisation d’une telle initiative. Un appui aux CPS et aux cellules de suivi et de protection de l’enfant sera également un atout pour continuer le combat. A l’endroit des maires de Bonou, de Ketou et d’Ifangni, l’appel sera le même. Les autorités communales sont invitées à inscrire dans leur budget exercice 2011  un volet spécial pour la protection de l’enfant.

Germin DJIMIDO, Cellule de Communication 

by genetic
Aller à la barre d’outils